Les vétérans irradiés de l’île Christmas


Cinq décennies après avoir travaillé sur le site des expérimentations, des milliers de Britanniques et d’Australiens qui ont survécu à Maralinga sont en colère. Plus de 6 000 membres du personnel qui ont travaillé entre 1952 et 1963 sont morts, souvent de cancer ou d’autres maladies associées à l’irradiation.

Des problèmes similaires ont été enregistrés lors des expérimentations nucléaires britanniques dans le Pacifique. Dans le livre Kirisimasi, des anciens soldats fidjiens témoignent de leur exposition à des doses d’irradiation. Après chaque essai à Christmas, les soldats devaient participer à des opérations de nettoyage, notamment l’élimination des milliers d’oiseaux estropiés, aveuglés ou tués par les explosions nucléaires. Dans son témoignage, Paul Ahpoy, un vétéran de la marine, a également décrit le déversement de barils des déchets nucléaires dans l’océan à partir de son petit bateau.

Des tenues de protection individuelle limitée ont été distribuées à certains soldats lors des premiers essais (notamment des combinaisons en coton blanc pour réduire le risque des brûlures par irradiation). Toutefois, les vétérans ont pour la plupart témoigné qu’ils n’avaient jamais reçu de telles tenues et qu’ils ont effectué leur travail avec l’uniforme standard : bottines, shorts et chemises. La plupart ont également affirmé qu’ils n’ont subi aucun examen médical à leur retour de l’île Christmas.

Le deuxième essai nucléaire du 28 avril 1958 à Christmas est également une autre source d’inquiétude. Cette expérimentation, dénommée « Grapple Y », a été massive et d’une puissance estimée à 2,8 mégatonnes. De nombreux rapports suggèrent que l’explosion a été plus faible que prévu et que la détonation a propulsé des quantités d’eau et de débris dans le champignon atomique en les contaminant par la même occasion. L’eau et les débris irradiés sont ensuite retombés au sol pour contaminer une zone de 80 à 160 kilomètres carrés selon les estimations. Certains vétérans ont aussi exprimé leur inquiétude sur une possible contamination radioactive des provisions d’eau douce et des poissons.

A l’heure actuelle, les vétérans de l’île Christmas se plaignent de nombreux problèmes médicaux. Ils attribuent ces problèmes à leur service sur l’île Christmas. Le fait que le gouvernement britannique n’ait pas effectué d’examens médicaux avant et après les essais renforce la difficulté d’obtenir des informations sur l’évolution de l’état de santé des vétérans. Un vétéran fidjien, Emori Ligica, fait la remarque suivante : « Nous avions tous passé une visite médicale et nous étions en bonne santé quand nous sommes partis pour l’île Christmas. Quand nous sommes revenus, nous n’avons pas passé d’examen médical.»

Les niveaux des doses d’irradiation du personnel en service à Maralinga et Christmas n’ont pas été systématiquement enregistrés. Une note de service d’un commandant de l’armée l’air, W.R. Staum souligne que « si, après examen, une personne qui se trouvait en bonne santé avant d’être envoyée à l’île Christmas et qui par la suite développe une leucémie, il sera peut-être difficile de réfuter des allégations indiquant que cela est dû aux doses d’irradiation reçues sur l’île Christmas. »

Aujourd’hui, certains vétérans et leur famille font face à de graves problèmes de santé. Le livre Kirisimasi consigne des exemples de vétérans souffrant de maladies comme le cancer et la leucémie. Ce livre renferme également les témoignages des veuves de vétérans de l’île Christmas qui racontent les problèmes des membres de la famille des vétérans, notamment des cas d’avortements spontanés multiples, de stérilité et d’infirmités chez les enfants.


 Galerie photos

 Glossaire

Mot 
  • Irradiation
  • Exposition de l’organisme ou d’une partie de l’organisme à des rayonnements ionisants.


 Quizz
Combien la France a-t-elle effectué d’essais nucléaires souterrains en Polynésie ?



© Copyright 2009 Assemblée de la Polynésie française   | Mentions légales