Les contestations polynésiennes


L’échec de la violence

Fallait-il s’opposer aux essais nucléaires par la violence ?

La résistance des élus et du peuple polynésien à l’implantation du CEP fut non-violente, malgré l’extrême violence de l’Etat qui imposait ses expériences dans leur pays.

En 1977, une poignée de militants du « commando Te toto tupuna » choisit cependant de « marquer le coup » par un acte de violence. Le groupe dynamita les abords de la poste de Papeete sans faire de gros dégâts. L’affaire dégénéra par la suite avec l’assassinat d’un fonctionnaire métropolitain. Puis, le commando ayant été arrêté, les militants déclenchèrent une émeute à la prison de Nuutania qui se solda par la mort par balles de deux militants.

Cette action conduisit à une impasse. Charlie Ching, neveu de Pouvanaa a Oopa fut désigné comme le meneur du commando qui fut transféré dans une prison de la région parisienne. Leur procès, délocalisé en France, déclencha en métropole un mouvement de solidarité qui attira l’attention de l’opinion publique française sur les essais nucléaires en Polynésie. Des avocats de renom, membres de la Ligue des droits de l’homme – Jean-Jacques de Félice, Michel Tubiana et François Roux - assurèrent leur défense qui fut, de ce fait, très médiatisée.

La contestation polynésienne renoua avec la violence à deux grandes occasions. Bien que ces actions effrayèrent de nombreux Polynésiens, ces « révoltes » ne sont qu’indirectement des manifestations violentes d’opposition aux essais nucléaires. En 1987, la grande révolte des dockers aboutit à l’incendie d’une partie de la ville de Papeete. Elle avait pour origine des revendications professionnelles des dockers du port de Papeete travaillant à Moruroa. Enfin, en 1995, la violence reprit le dessus de la contestation – comme une « exaspération » populaire qui dégénéra – lors de la reprise des essais décidée par Jacques Chirac.

Une contestation militante, politique et non violente

L’enquête sociologique auprès des anciens travailleurs de Moruroa réalisée en 1996-97, montre que l’arrivée du CEP en Polynésie provoqua un tel bouleversement social et culturel dans la population polynésienne, qu’elle fut comme abasourdie par l’afflux d’argent et de « modernité ». Dix ans plus tard, les premiers opposants politiques du début des années 1960 avaient quitté la scène politique ou s’étaient réfugiés dans le mutisme face au poids de la métropole qui imposait les essais.

Lors des grandes croisières antinucléaires, une partie de la population polynésienne a suivi Pouvanaa, enfin de retour d’exil, et quelques-uns de ses amis politiques pour accompagner les personnalités contestataires venues de France. Peu à peu, la contestation polynésienne se forgeait dans les temples et dans associations de défense de l’environnement naissantes.

Avec la fin des essais aériens, la classe politique polynésienne au pouvoir s’est attachée à « gérer » la manne financière des essais nucléaires. La contestation se manifesta pourtant régulièrement au cours des années 1980 avec le retour de la « jeune génération » formée dans les universités de métropole ou du Pacifique.

De nouveaux partis politiques, très minoritaires, socialiste comme le Ia Mana te Nunaa, indépendantiste comme le Tavini Huiraatira-FLP (Front de libération de la Polynésie) annonçaient haut et fort la couleur antinucléaire qu’ils n’ont toujours pas abandonnée. La voie non-violente et politique qu’ils avaient choisie contribua certainement à leur montée en puissance dans l’échiquier politique polynésien.



 Galerie photos

 Vidéos

 Glossaire

Mot 
  • CEP
  • Centre d’expérimentation du Pacifique


 Quizz
Quel est le ministre qui a dû démissionner pour s’être opposé aux essais nucléaires ?



© Copyright 2009 Assemblée de la Polynésie française   | Mentions légales