La destruction de Moruroa


Selon les dires officiels, les sites d’essais nucléaires de Polynésie française ont été « démantelés » à partir de la décision présidentielle du 29 janvier 1996. Il serait plus exact de dire que les installations bâties sur l’atoll de Moruroa ont été détruites.

Les bâtiments et installations les plus susceptibles d’être contaminées, ont été détruits sans témoins extérieurs. En juillet 1998, il ne restait quasiment plus rien de la zone industrielle et de la zone vie de Moruroa. Ce fut « l’Opération Oméga ».

Le discours officiel sur le démantèlement des sites d’essais nucléaires en Polynésie tient en quelques mots : les atolls de Moruroa et de Fangataufa où ont eu lieu des expériences considérées comme nécessaires à notre arsenal nucléaire sont « revenus à leur état naturel ». Sans attendre les résultats de l'expertise de l’AIEA dont les résultats étaient annoncés pour 1998, la Direction des essais annonça dès 1996 que le "démantèlement" consistera en un retour à la situation idyllique d'un atoll ordinaire, comme si rien ne s'était passé entre 1966 et 1996.

Le discours officiel sur le « démantèlement » s’appuie sur un malentendu. En effet, le terme « démantèlement » est employé spécifiquement dans l’industrie nucléaire pour décrire une série de procédure très précises, s’étalant dans le temps, et visant à la décontamination de sites pollués par la radioactivité. En parlant de « démantèlement » de Moruroa, site nucléaire, les autorités militaires laissent entendre qu’on a réalisé les opérations selon les règles en vigueur pour toutes les installations nucléaires. Ce n’est absolument pas le cas (voir « Les conséquences sur l’environnement »)


 Galerie photos

 Glossaire

Mot 
  • AIEA
  • Agence internationale de l’énergie atomique


 Quizz
Quelle est l’énergie dégagée par la plus forte explosion nucléaire de la France ?



© Copyright 2009 Assemblée de la Polynésie française   | Mentions légales